Loi de programmation militaire: Que prévoit le ministère des Armées pour la défense du pays?

DEFENSE Le ministère des Armées devrait se concentrer sur trois axes majeurs…

Le Charles-de-Gaulle, le 16 mars 2016. — BORIS HORVAT / AFP

Un plan de 295 milliards d’euros pour la défense de la France de 2019 à 2025. C’est la principale mesure contenue dans le projet de loi de programmation militaire qui doit être faite ce jeudi en Conseil des ministres. L’objectif est donc de porter les dépenses de défense à l’horizon 2025 à 2 % du PIB.

Le budget de défense français, de 34,2 milliards d’euros en 2018, va bénéficier d’une hausse de 1,7 milliard d’euros par an jusqu’en 2022, avant des « marches » de 3 milliards par an à partir de 2023, soit après la prochaine élection présidentielle, selon la LPM dont l’AFP a obtenu les détails.

Remplacement du porte-avions Charles de Gaulle

La France va lancer des études sur le remplacement de l’unique porte-avions français, le Charles de Gaulle, qui sera retiré du service à l’horizon 2040.

« On se réserve la possibilité d’avoir un porte-avions en même temps que le Charles de Gaulle ou après » le retrait de service de ce dernier, indique à l’AFP l’entourage de la ministre des Armées Florence Parly, en précisant que seront également lancées des études sur le système de combat aérien du futur et sur le char de combat du futur, dans le cadre de la loi de programmation militaire 2019-2025.

Création de 6.000 postes

En matière d’effectifs, après quelque 60.000 suppressions de postes entre 2005 et 2015, le ministère ambitionne de créer quelque 6.000 postes civils et militaires d’ici 2025, dont 3.000 d’ici cinq ans. Il compte notamment renforcer les effectifs de la cyberdéfense (1.500 postes) et du renseignement (1.500 postes).

Cet « effort budgétaire inédit » pour « arrêter la lente érosion de nos capacités militaires », selon les propos du président Emmanuel Macron, va être consacré en priorité à l’amélioration du quotidien du soldat et à la modernisation d’équipements à bout de souffle, alors que la France est engagée tous azimuts depuis des années, au Sahel (opération Barkhane), au Levant (Chammal) et sur le territoire national (Sentinelle).

Pour améliorer la condition de quelque 200.000 militaires français et chercher à les fidéliser, la LPM augmente nettement les crédits consacrés aux petits équipements (gilets pare-balles de dernière génération, treillis ignifugés), à l’entretien du matériel et aux infrastructures.

Article originally posted by 20minutes.